L’église Saint-Pascal-Baylon – chapelle jusqu’en 1960, année où la paroisse a été officiellement érigée – est demi-souterraine, en rez-de-jardin d’un immeuble de cinq étages.

L’église, il y a soixante ans
L’entrée de l’église en 2021

Elle a été construite sur les plans des architectes Jean Saubot (1906-2002) et Jacques Warnery. Elle occupe un long rectangle de 40 mètres de long sur 10 mètres de large. L’ensemble de l’église a été conçu par le décorateur François Chapuis (1928-2002). C’est lui qui a dessiné les vitraux, réalisés par l’atelier Ripeau de Versailles. Ces vitraux sont chargés de créer une ambiance de recueillement vivant et joyeux. La partie supérieure, la plus vaste, est une composition abstraite. Les baies inférieures forment un Chemin de Croix. La dernière baie évoque la Résurrection.

L’intérieur de l’église, dans les années 60.
L’intérieur de l’église en 2021.
Les vitraux
Le vitrail de la Résurrection

Le maître d’œuvre et le décorateur avaient voulu que toute l’attention se porte sur le chœur. En 1958, celui-ci était blanc, tandis que les murs étaient gris, et le sol noir. Un monumental autel de pierre blanche, qui par la suite fut détruit, portait un tabernacle de cuivre et était surmonté par un grand Christ en bois polychrome. Autel, Christ, et fonts baptismaux avaient été réalisés par le sculpteur Louis Chavignier (1922-1972).

Le choeur, dans les années 60.

Plusieurs réaménagements eurent lieu par la suite. L’autel en pierre qui était dans le choeur, on l’a dit, a été détruit. Fut seulement gardée et réutilisée un certain temps la porte du tabernacle. Un tapisserie réalisée par des dames de la paroisse, représentant l’eucharistie, don de Dieu pour la vie du monde, a été suspendue à un mur. Un Christ en croix, la lampe du tabernacle, le chandelier du cierge pascal sont l’œuvre d’un paroissien ferronnier.

Le choeur, en 2021

Cliquer ici pour regarder l’ensemble du chemin de croix