Saint Pascal Baylon – Anonyme, XVIIIe siècle

Pascal Baylon naît en 1540 dans le sud de l’Espagne, dans une famille pauvre. Dès son plus jeune âge, sa mère lui apprend à prier, et lui transmet sa dévotion à l’eucharistie. A l’âge de sept ans, il est placé comme berger.

En 1560, il demande à entrer chez les frères franciscains. Les frères ne l’accepteront que quatre ans plus tard. Il exerce les emplois de portier, de cuisinier, de quêteur, etc. Portier, il se montre très généreux avec les pauvres. En communauté, il est toujours serviable, souriant, et ne se plaint jamais. Les gens, les savants comme les plus humbles, lui demandent de les aider à voir clair dans leur vie.

Ses frères lui confient aussi des missions délicates. On l’envoie à Paris en 1570, porteur d’une lettre au Ministre général des Franciscains. Or, dans ces années, catholiques et protestants s’entredéchirent, le voyage est dangereux. Pascal, qui ne cache pas qu’il est catholique, et franciscain, reste un homme de paix même sous les coups qu”il reçoit.

Frère Pascal, dont la vie a été très occupée, a reçu le don de la prière. Dans l’eucharistie – mystère du don que fait le Christ de sa vie pour tous les hommes – il a puisé l’énergie qui a fait de lui un homme “eucharistique”, donnant sa vie librement dans le service et l’accueil de ses frères, des pauvres, des malades, et de ceux et celles que le Seigneur a mis sur son chemin.

En 1592, Pascal Baylon meurt. Déclaré saint en 1690, il sera proclamé patron des congrès et œuvres eucharistiques par le pape Léon XIII en 1897.

Saint Pascal, patron de la paroisse, intercède auprès du Seigneur pour qu’Il nous donne la force dont nous avons besoin pour donner chaque jour notre vie à ceux et celles qu’Il nous a confiés.